Atelier Recherche Scène (1+1=3) - Accueil
Appontages, "Et le flot dépassa ma sandale..." 

" Une expérience de spectateur. Un mouvement à traverser plutôt qu’à regarder.  L’oreille voit ce que l’œil imagine. Harmonie d’obscurité et de son.
Après une station prolongée dans le noir le plus épais (si rare maintenant au théâtre des réglementations), de-ci de-là, un phare, une balise de survie, l’éclat de la peau immergée dans une profondeur abyssale, la lampe frontale de mineur, la flamme d’une allumette qui s’éteint trop vite… ça soufflait fort, ça tempêtait même beaucoup au fond de la mine, dans le ventre de la baleine !
Musique des tempêtes, de toutes les tempêtes de Melville à Rachilde. Ce serait peut être cela qui s’explose dans l’obscurité, se réfléchit dans l’infinie variation des noirs.
Rien n’est dit explicitement ou presque. Des auteurs éminents protègent ce cap finistérien, camarades un peu malades, en permission de sortie du panthéon pour quelques jours à la pointe du Raz. Quelques téméraires sont embarqués dans le rafiot des armoires, mais souffrant d’un mal de mer tenace, ils se fichent de la moitié comme du quart de ce qu’ils ont à nous dire tant les vibrations furieuses des cordes et l’attaque des archers recouvrent toute délivrance sensée.
Du théâtre ? ça sera difficile à avaler pour certain pas d’identification possible, pas de visage à idolâtrer, la beauté réelle des acteurs se manifeste dans l’oubli que nous avons de l’art dramatique. Et pourtant les ouvriers de cette secousse sismique ne sont pas des dieux se mouvant avec dextérité dans le noir mais des acteurs dans l’acceptation rare de ne pas être dévisagés, envisagés.
Une bande autour de Venturelli. Pas de pédigrés académiques. Des désargentés obstinés tout aussi furieux dans la démesure (d’un Castellucci, par exemple).
De la danse ? à l ‘aveuglette et ça déménage furieusement, les entrechats se font dans le noir.
De la Musique ? L’orchestre des vestiges. Une symphonie de vestiaires. Et les envolés d’une diva au dessus des fossiles de l’âge d’or industriel. "

Anne Baudoux

Comédienne - février 2015